Archives de mars, 2011

12 Mar
2011

C’est fini…pour la vie !

On soupait bien tranquillement entre couples d’amis. Nous venions de terminer le dessert quand ma très bonne amie me demande spontanément « Ça te tenterait pas d’arrêter de fumer Raymonde ?….J’en parlais pas, mais ça fait déjà 1 mois que j’ai cessé de fumer, et tant qu’à arrêter toute seule, si tu veux, tu pourrais te joindre à moi… on serait 2 à s’encourager ». Je venais juste de m’en allumer une en disant que j’étais écœurée de fumer !! Je ne m’étais pas aperçue qu’elle n’avait pas allumé de cigarettes après le repas. Et tout le monde qui fument ou qui ont déjà fumé savent comme elle est bonne celle qui suit un repas !!

Wow, t’es bonne, que je lui réponds. Et comment tu t’y es pris ? Avec du Zyban qu’elle me répond. C’était la méthode qui était bien reconnue à ce moment là. Bon, qu’est-ce que j’ai à perdre, je suis tannée de fumer, pis ça semble fonctionner puisqu’elle a réussi à tenir depuis 1 mois. Go j’embarque ! Le lendemain, je vais chercher ma trousse Zyban, et ça y est, le Jour 1 s’enclenche. Le programme était conçu de manière à fumer pendant les 14 premiers jours tout en diminuant progressivement le nombre de cigarettes quotidiennes pour arriver à LA date où plus aucune cigarette ne sera grillée.

C’est fou ! Plus la date approchait, plus je me sentais prête. Plus la date approchait, plus j’étais fébrile à l’idée que je me libèrerais de cette dépendance. Jour 2… Jour 3… Jour 4, tout se passe bien, je commence à en parler autour de moi, à mes collègues de travail, à ma famille, à mon conjoint de l’époque qui fumait, à mon cousin qui demeurait avec moi et qui fumait également. Jour 14…S T O P ! Je viens de décider de NE PLUS JAMAIS EN ALLUMER UNE !!! Nous étions le 12 mars 1999.

Je serais menteuse de dire que je ne « brûlais » pas d’envie de prendre une « puff » de temps à autres sur les cigarettes qui continuaient de s’envoler en fumée dans le cendrier sur la table (rappelez-vous que mon conjoint et cousin fumaient encore…). Je serais menteuse aussi de dire que ce n’était pas difficile. Je regardais la cigarette laissée là, dans le cendrier, pendant que son propriétaire était parti temporairement à la chambre de bain, elle me défiait, je me voyais la prendre, l’approcher à mes lèvres et……. NOOOONN !!! Ma conscience m’empêchait de le faire, parce que j’avais dit à tout le monde que j’avais cessé, et le simple fait de prendre une seule et petite « puff » m’aurait fait sentir malhonnête de répondre « non » à la question « As-tu fumé en fin de semaine? » lors de mon retour au bureau le lundi matin… et il n’était surtout pas question de me mettre dans une situation m’obligeant de dire « OUI ».

C’est certain que j’ai affronté certains obstacles, certaines embûches, certaines peines pendant les semaines qui ont suivi. J’ai vécu le décès de mon père, je me suis fait refuser un projet pour un retour aux études en art télévisuel, j’ai vécu la séparation d’avec mon conjoint de l’époque…. Je me rappelle lorsqu’on m’a refusé mon projet d’études dont je parlais, j’étais en voiture et je pleurais de déception. Oh que j’en aurais grillé une couple de bonnes ! Mais je me suis alors demandé ce que faisaient les non fumeurs quand ils vivent des frustrations ? Des peines ?….. » Cette réflexion m’a beaucoup aidé à passer au-travers.

Quelques semaines plus tard, ma soeur Diane me fait une proposition. « Si tu ne recommences pas à fumer d’ici 4 ou 5 mois, je te fais un gros gros cadeau…. je ne sais pas encore ce que ce sera, mais je te fais un cadeau ». Il m’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité. Je m’accrochais à cette idée. Et encore une fois, ma conscience m’empêchait de toucher à une seule cigarette pour les mêmes raisons ! Environ cinq mois plus tard, je recevais mon premier ordinateur avec l’installation de l’Internet. Quelle belle surprise et récompense !!! (Surtout que grâce à cet Internet, j’ai rencontré mon Rominet) 😛

12 ans et beaucoup de kilos plus tard, voilà que je n’ai JAMAIS retouché à une cigarette. Est-ce que Zyban a vraiment fait la différence dans cette bataille ? Je ne saurais le dire. Peut-être que Zyban avait un effet plus psychologique que physique. Selon moi, ça aurait été facile de succomber à mes envies d’en griller une. Il s’agissait surtout de DÉCIDER de dire NON ! C’est vrai ce qu’on dit.. que l’envie ne dure que 2 minutes, mais ces envies viennent aux 5 minutes. Le bonheur c’est qu’au fil du temps, ces envies s’espacent de plus en plus pour finalement « presque » disparaître ! Je dis presque, parce qu’il m’arrive encore de me dire qu’elle serait bien bonne ! 🙂

Merci à toi, ma grande amie Lyse ! Je ne te le dirai jamais assez, mais tu venais de m’offrir le plus beau cadeau qu’il soit !

Posté dans Neuf vies | 9 Commentaires »